Hub des Savoirs

Accueil / Centre de ressources / Évaluer l’environnement institutionnel des collectivités locales en Afrique (...)

Évaluer l’environnement institutionnel des collectivités locales en Afrique 2018, 3e édition

Évaluer l’environnement institutionnel des collectivités locales en Afrique
2018, 3e édition
© 2018 Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU Afrique), Cities Alliance

4 décembre 2018

Depuis 2012, Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU Afrique) travaille en collaboration avec Cities Alliance à la publication, tous les trois ans, d’un rapport sur les environnements institutionnels des autorités locales en Afrique.

L’édition de 2018 porte sur les 53 pays de l’Afrique, à l’exclusion de la Libye. il reprend les dix critères originaux utilisés pour évaluer l’environnement institutionnel des autorités locales dans les éditions de 2012 et de 2015 et en ajoute deux nouveaux qui correspondent à l’Agenda 2030 pour le développement durable et à l’Accord de Paris.

Les deux nouveaux critères ajoutés portent sur l’environnement institutionnel mis en place pour la participation des femmes à la vie politique et à la gouvernance des communautés locales, ainsi que sur l’environnement institutionnel créé pour la participation et la contribution des communautés locales à la lutte contre le changement climatique.

Une note est attribuée à chaque critère sur une échelle de 1 point (niveau le plus bas) à 4 points (niveau le plus haut). La somme des notes attribuées selon les critères produit donc des résultats allant de 12 points (note la plus faible) à 48 points (note la plus élevée). Comme dans les éditions précédentes, l’application des différents critères permet l’attribution d’une note synthétique (classement) à chaque pays. La notation est sujette à une analyse explicative menant à l’identification des réformes proposées.

À des fins de comparaison, il a été convenu de comparer le classement de 2018 en fonction des 10 critères retenus pour les éditions 2012 et 2015 du rapport. Cette comparaison permet d’observer différentes tendances.

La tendance générale est à l’amélioration de l’espace politique donné par les gouvernements africains aux actions des villes et des collectivités locales. Ainsi, à l’échelle du continent, la note moyenne a augmenté de 18% entre 2012 et 2018.
Au total, 35 pays ont vu la marge de manœuvre accordée aux collectivités locales augmenter, avec 13 pays enregistrant une amélioration considérable par rapport à la moyenne des notes attribuées aux pays d’Afrique.

Les indicateurs qui ont le plus contribué à l’amélioration du classement sont, par ordre d’importance :
1) la participation citoyenne à la gouvernance locale ;
2) les transferts financiers de l’État aux collectivités locales ;
3) l’amélioration de la démocratie locale permettant l’organisation d’élections locales ; et 4) l’amélioration du cadre législatif pour la décentralisation dans un certain nombre de pays.

Cependant, deux tiers des pays (34 des 53 pays analysés) possèdent encore des indices sous la moyenne et doivent encore entreprendre d’importantes réformes pour que leur environnement soit favorable aux initiatives et aux actions de leurs villes et de leurs collectivités locales.

Paradoxalement, l’adoption de stratégies urbaines est, parmi les critères d’évaluation, celui qui a enregistré les progrès les plus lents. La situation soulève des questions étant donné que cela fait trois ans que le Nouvel agenda urbain des Nations Unies a été adopté. Ce dernier recommande que tous les États-membres, et les pays d’Afrique en particulier, adoptent des politiques nationales d’urbanisme afin d’être en mesure de répondre aux défis posés par le désormais prédominant monde urbain.

L’urbanisation rapide de l’Afrique souligne l’urgence de renforcer la contribution des villes africaines et des autorités locales à la transformation structurelle du continent. En effet, renforcer le rôle des villes africaines devrait être un défi à examiner lors de l’un des prochains sommets des chefs d’État et de gouvernement de l’Union Africaine.