Hub des Savoirs

Accueil / Centre de ressources / Les terres de la discorde

Les terres de la discorde

Crisis Group
12 Février 2014

30 novembre 2018

Au cours des dix dernières années, le malaise foncier burundais n’a connu aucune
amélioration notable. La question foncière, qui continue à générer de la violence,
constitue à ce jour l’une des principales menaces pour l’équilibre précaire qui s’est
installé entre les groupes ethniques depuis le retour à la paix. En l’absence d’une véritable réforme structurelle de sa gouvernance foncière, l’Etat perpétue un mode
d’administration des terres marqué par l’arbitraire qui ne permet pas d’apporter de
solution utile aux problèmes qui se posent.
A long terme, le défi foncier majeur n’est pas celui qui domine l’actualité burundaise
(la restitution des terres aux sinistrés) : c’est celui de mettre en oeuvre une gouvernance
foncière adaptée à un contexte de surpeuplement. Face à la croissance démographique,
la raréfaction des surfaces cultivables et l’aggravation de l’insécurité alimentaire, la principale solution réside de toute évidence dans la promotion d’activités non agricoles. Toutefois, l’élaboration d’une politique foncière susceptible de garantir un accès équitable aux terres et de répondre efficacement aux conflits n’en est cependant pas moins essentielle dans une société encore massivement rurale.