Hub des Savoirs

Accueil / Centre de ressources / Intéractions entre politiques publiques, migrations et développement au (...)

Intéractions entre politiques publiques, migrations et développement au Maroc

Les voies de développement
ISBN 978-92-64-27918-6 (imprimé)
ISBN 978-92-64-27919-3 (PDF)
ISBN 978-92-64-27920-9 (epub)
Série : Les voies de développement
ISSN 2414-0937 (imprimé)
ISSN 2414-0945 (en ligne)

3 juin 2019

Le Maroc est un pays d’émigration nette depuis au moins son indépendance, en 1956 ; les émigrés représentaient environ 8% de la population au Maroc en 2015. Les transferts de fonds, qui représentent une partie importante de l’économie marocaine (environ 7% du produit intérieur brut), ont augmenté à mesure que la taille de la diaspora augmentait. Compte tenu de l’importance de ces flux, le Gouvernement marocain a, au fil du temps, mis en place des politiques et des institutions novatrices destinées à tirer parti des migrations pour développer le pays. Cependant, faute de données suffisantes, il demeure difficile d’apporter des réponses politiques éclairées et cohérentes sur la question des migrations dans le pays. Le projet Interactions entre politiques publiques, migrations et développement (IPPMD) au Maroc – géré par le Centre de développement de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), et cofinancé par l’Union européenne – a vocation à appuyer la prise de décisions au Maroc. Il s’efforce plus particulièrement de déterminer :
1. Comment les migrations, dans leurs multiples dimensions, influent sur divers secteurs clés pour le développement, notamment le marché de l’emploi, l’agriculture, l’éducation, ainsi que l’investissement et les services financiers.
2. Comment les politiques publiques menées dans ces secteurs renforcent ou affaiblissent l’impact des migrations en termes de développement. Ce rapport synthétise les conclusions et les principales recommandations politiques découlant des recherches empiriques menées entre 2013 et 2017 en collaboration avec Thalys Conseil S.A.R.L. et le ministère chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la migration (MCMREAM). Les données sont tirées d’une étude conduite auprès de 2 231 ménages, d’entretiens menés avec 25 autorités locales sur leur communauté, ainsi que de 30 entretiens approfondis avec les parties prenantes au Maroc. Une solide analyse statistique, reflétant le contexte politique, économique et social au Maroc, éclaircit la relation complexe entre les migrations et les politiques sectorielles.